Le site antique de Palmyre malmené par l’EI

Le site antique de Palmyre malmené par l’EI

Le site antique de Palmyre malmené par l’EI

Palmyre est un très beau site touristique et archéologique situé à 200 km au nord-est de Damas et abrite également la ville très moderne de Tadmor. Ce site antique a été malmené par la force terroriste de l’Etat Islamique durant une période relativement longue, précisément depuis 2005. Découvrez les avis lim’art concernant ce phénomène qui nous rend tous tristes.

Pourquoi le site antique de Palmyre est-il célèbre ?

Il se trouve que Palmyre est l’un des foyers culturels du monde antique. Le site par son art et son architecture, joue le rôle de carrefour de civilisations multiples. Une évolution artistique  exceptionnelle est remarquée à travers les diverses structures  de l’oasis du désert de Syrie, par exemple la grande colonnade et les ruines de Palmyre.

site-antique.jpg

Classé monument national, le site antique de Palmyre est protégé la Loi Nationale n°222 sur les Antiquités. A noter que le site a déjà été classé patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1980. Malgré cela, le site était classé en « danger » pendant la guerre civile syrienne.  En 2007,  une zone tampon a été mise en place et proclamée  mais le Comité du Patrimoine mondial n’est pas encore impliqué.   

Palmyre « capturée » par l’EI puis libéré, dans quel but ? Quel est le coût des dégâts ?

Au mois de Mai 2015, les soldats de l’Etat Islamique ont envahi Palmyre à la suite de trois jours d’affrontement contre les forces gouvernementales syriennes. La ville aux ruines historiques  a été récemment reprise.   L’opération offensive a été soutenue par l’aviation russe et par des forces spéciales dépêchées par Moscou. A noter que les forces spéciales américaines ont également supprimé un dirigeant de l’EI durant une opération au sol. Il faut noter que la libération de Palmyre a une connotation géopolitique, outre l’engagement international de la lutte contre le terrorisme. Dès le lendemain, le président syrien a reçu des parlementaires français, le président russe, le secrétaire général des Nations Unies qui salue la reprise de Palmyre par l’armée syrienne.  

palmyre.jpg

Les archéologues qui se sont rendu sur place  ont estimé que 80% du site restaient intacts. Les structures putréfiées, dont un arc de triomphe et  des temples de Bêl et de Baalshamin devront être restaurées dans un délai de 5 ans maximum, selon la déclaration du président syrien qui se propose de financer les travaux par les ressources propres de la Syrie.